Warning: file_get_contents(/proc/loadavg): failed to open stream: Permission denied in /home/www/clemibretagne/www/JDGL2017/config/ecran_securite.php on line 378
Bakhita de Véronique Olmi - Journal du Goncourt des lycéens
bandeau site
Journal du Goncourt des lycéens Envoyez-nous vos contributions ici :
jdgdl2017@ac-rennes.fr

Bakhita de Véronique Olmi

vendredi 29 septembre 2017Comité de rédaction

Envie de découvrir le roman de Véronique Olmi Bakhita ? Nous aussi !
Lucie de la 1eL du lycée Léonard de Vinci, nous présente ce roman dans un résumé complet et plaisant !

BAKHITA de Véronique Olmi

Véronique Olmi est une auteure française née en 1962 à Nice. Elle a écrit des romans et pièces de théâtre, et a notamment reçu le Prix Alain Fournier 2001 pour Bord de mer et une nomination pour le Molière de l’auteur aux Molières 2002 pour sa pièce Le Jardin des apparences.

Ce roman biographique, inspiré d’une histoire vraie, raconte l’histoire d’une soudanaise qui est capturée à l’âge de sept ans par des négriers. On suit ses aventures et ses rencontres d’Afrique jusqu’en Italie.
C’est un livre facile à lire car il est presque entièrement écrit au présent, comme si l’auteur prenait simplement la plume pour mettre sur papier ce que Bakhita lui dictait, mais à la troisième personne du singulier.

Cette héroïne, justement, est un personnage aussi intriguant que captivant car malgré tout ce qu’elle a subi, elle n’a aucune haine en elle, elle continue de prendre soin de ceux qui l’entourent. On remarque aussi qu’à chaque fois qu’elle prend une décision capitale ou un risque, c’est pour un enfant, les enfants étant d’une grande importance pour elle tout au long de sa vie.

Un groupement de phrases m’a particulièrement marquée, à la page 320, car il résume parfaitement la mentalité de l’héroïne :
« Elle voudrait leur dire qu’elle les aime. Mais elle ne sait pas le dire au pluriel ».
Ces phrases mettent en valeur son amour pour les autres et sa bienveillance, ainsi que son ignorance de la langue et son incapacité à s’exprimer, qui d’ailleurs la poursuit tout au long de sa vie.

J’ai adoré ce roman car je trouve que c’est un livre très bien écrit qui nous transporte avec lui. On voyage avec lui, avec l’héroïne. On vit au rythme de Bakhita : on rit quand elle rit, on pleure quand elle pleure, et on comprend sa douleur comme si on l’avait vécue. Une fois qu’on plonge dans la lecture, on en oublie le monde autour. C’est l’un des meilleurs livres que j’ai lu.

Lucie Gudeste 1°L
Lycée Léonard de Vinci, Tremblay-en-France