Warning: file_get_contents(/proc/loadavg): failed to open stream: Permission denied in /home/www/clemibretagne/www/JDGL2019/config/ecran_securite.php on line 378
Critique de ’La Terre Invisible’ par le Lycée Georges Colomb de (...) - Journal du Goncourt des lycéens 2019
bandeau site
Journal du Goncourt des lycéens 2019 Envoyez-nous vos contributions ici :
jdgdl2019@ac-rennes.fr
embed
<iframe height="200" width="500" frameborder=0 scrolling=no src="http://journal-goncourt-des-lyceens.fr/spip.php?page=snip&id_article=55"></iframe>

Critique de ’La Terre Invisible’ par le Lycée Georges Colomb de 1G1

mercredi 6 novembre 2019comiteredaction2019

Marie LAURENT de la classe de 1G1 nous a envoyé sa critique de La Terre Invisible de Hubert MINGARELLI

Ce livre écrit par Hubert Mingarelli, parle d’un Anglais coincé en Allemagne en 1945. Cet homme, passionné de photographie, embarque le jeune soldat anglais, O’Leary, dans son aventure. Tous deux voyageront sans destination précise afin de photographier les personnes qu’ils rencontreront, volontairement ou non, sur leur chemin.
Ce livre qui n’est pas du tout dans le genre que je lis habituellement, m’a étrangement plu. Le fait de suivre une partie de l’histoire de deux hommes sans qu’il n’y ait spécialement d’action et où les dialogues ne sont présents qu’avec les deux protagonistes, à cause de la différence de langues, est assez fascinant. De plus la fin est très surprenante, puisqu’on ne s’attend pas à ce que le personnage attachant qu’est O’Leary soit capable de faire du mal à quelqu’un.
Hubert Mingarelli a fait une belle fin, selon moi. De multiples questions viennent en tête après la lecture : Comment le photographe voit-il son camarade ? Que s’est il passé dans la tête du soldat lors de son action ? Quelles sont ses pensées après un tel acte ? Tant de réponses qui ne peuvent être résolues qu’avec une suite du roman.
« Oui, monsieur, on pourrait essayer » est la dernière phrase du livre et également celle que je préfère. Elle est prononcée par le soldat. A première vue, on pourrait croire qu’il ne fait que répondre à la question posée plus tôt par le photographe, mais si on regarde de plus près, on peut comprendre que le jeune Anglais répond à ses propres pensées. On dirait qu’il essaye d’oublier son crime, essaye d’avancer dans la vie comme s’il n’avait rien fait, essaye de se dire qu’il n’a agi que pour faire le bien.

Pour le comité de rédaction, Lola