Warning: file_get_contents(/proc/loadavg): failed to open stream: Permission denied in /home/www/clemibretagne/www/JDGL2017/config/ecran_securite.php on line 378
L’atelier d’écriture avec Louis Hautefort - Journal du Goncourt des lycéens
bandeau site
Journal du Goncourt des lycéens Envoyez-nous vos contributions ici :
jdgdl2017@ac-rennes.fr

L’atelier d’écriture avec Louis Hautefort

vendredi 1er décembre 2017Comité de rédaction

Un des temps forts de ce dernier jour des Rencontres nationales du Goncourt des lycéens est l’atelier d’écriture mené par Louis Hautefort, auteur et animateur d’ateliers d’écriture. Une activité normalement pratiquée à douze, ici portée au nombre de quatre cents élèves ! Un défi répété pour la seconde fois par Louis Hautefort.

C’est avec quelques minutes de retard que l’atelier d’écriture s’est lancé, malgré l’absence d’une classe. Vers dix heures vingt, c’est sous un tonnerre d’applaudissements que Louis Hautefort est accueilli par les élèves de l’auditorium. Il se décrit brièvement et avec modestie comme un "maitre ignorant", il n’a pas fait d’études de lettres et il s’est lancé dans l’écriture "tardivement" (vers vingt-cinq ans). Comme il le dit si bien lui-même : "Je suis entré dans la littérature par l’issue de secours."

Sur ce trait de modestie, il enchaîne sa présentation en expliquant le fil directeur de son atelier : le but n’est pas d’être académique mais de faire "résonner" les gens. Les élèves ne doivent pas choisir les passages qui leur conviennent pour leur écriture mais qui leur plaisent et qui leur parlent. Ceci dit, les élèves se répartissent dans les onze différents groupes d’écriture dans les salles du Triangle. La consigne est simple : tourner autour des tables où sont placés des livres en vrac et en extraire de brefs passages de "trois mots à trois lignes". Les élèves doivent réunir entre six et dix extraits qui les inspirent particulièrement. Une fois ces "morceaux" réunis, les élèves ont trois niveaux d’assemblement. Tout d’abord, leurs textes peuvent se suivre selon un ordre logique et ils peuvent les mettre à la suite sans réfléchir plus. Puis ils peuvent faire de petits changements de personne ou de grammaire pour donner du sens à leur texte. Enfin si l’envie leur prend, ils peuvent inventer et produire des nouvelles parties qu’ils viendront intercaler entre leurs textes pour faire un récit encore plus personnel. Pendant une demi-heure, dans un silence total, les élèves rédigent leurs productions qu’ils mettront tous en commun au terme de leur temps de travail.

Vingt élèves passeront devant les quatre cents autres dans l’auditorium pour la présentation finale de cet atelier. Nous vous invitons aussi à aller voir notre profil Twitter (#rgdl17) pour voir des vidéos de ces écrivains en herbe récitant leurs productions devant un auditorium très enthousiaste.

Valentin Gavaud

Portfolio