Warning: file_get_contents(/proc/loadavg): failed to open stream: Permission denied in /home/www/clemibretagne/www/JDGL2018/config/ecran_securite.php on line 378
Critique littéraire, c’est quoi ? - Journal du Goncourt des lycéens
bandeau site
Journal du Goncourt des lycéens Envoyez-nous vos contributions ici :
jdgdl2018@ac-rennes.fr

Critique littéraire, c’est quoi ?

vendredi 28 décembre 2018Comité de rédaction

Journaliste et critique littéraire au quotidien Le Monde, Philippe-Jean Catinchi a répondu aux questions des lycéens lors d’un atelier sur les métiers autour du livre.

Avant tout, sa conception du métier de critique
"Un critique n’est pas forcément quelqu’un qui descend les œuvres, il peut aussi produire des critiques positives. Un critique est quelqu’un de narcissique comme tout créateur au final. Ce n’est pas forcément quelque chose de mauvais. Si une personne veut publier son œuvre, c’est qu’elle pense que celle-ci peut apporter au monde. Être un critique est avant tout un métier."

Vous ne critiquez que des livres ?
"Non, je critique tout ce qui est spectacle vivant, la variété en musique et la littérature en général."

C’est quoi la difficulté quand on est critique ?
"Il n’y en a pas vraiment, si l’on devient critique, c’est que l’on est passionné. La seule vraie nécessité, c’est d’avoir compris le livre pour pouvoir le critiquer."

Que pensez-vous de la sélection de cette année ?
"J’ai eu très peur, j’étais très peu convaincu par la sélection de cette année mais rassuré que vous ayez choisi un bon livre. C’est vraiment un bon roman ; qui mérite le prix. C’est pour ça que j’ai été content lorsque David Diop a été élu."

Petite remarque, Jean-Philippe Catinchi est aussi agrégé d’histoire et il est donc plus pointilleux si un livre présente des faits historiques erronés.

Comment réagissez-vous face aux retours sur vos critiques ?
"Je me fiche un peu qu’ils viennent de lecteurs expérimentés ou non. Je n’aime pas recevoir l’avis d’un lecteur "blasé de la lecture". Non, ce que j’aime, c’est les avis sincères : un jeune de 15 ans ému par sa lecture ou une personne âgée qui redécouvre cet art."

Et la part de subjectivité dans la critique ?
"Quand on critique, la part d’objectivité se trouve quand on relève les éléments. On est toujours subjectif quand on lit mais on se doit de relever tout ce qui peut l’être pour prétendre avoir compris le livre. Après, la subjectivité revient quand on écrit la critique.
Pour être un critique, il faut être très très intelligent, très très cultivé et très très modeste."

Jade et Mathys du comité de rédaction

Photo © Béatrice Serrec Bruit de lire