Warning: file_get_contents(/proc/loadavg): failed to open stream: Permission denied in /home/www/clemibretagne/www/JDGL2018/config/ecran_securite.php on line 378
Soirée animée aux Champs libres - Journal du Goncourt des lycéens 2018
bandeau site
Journal du Goncourt des lycéens 2018 Envoyez-nous vos contributions ici :
jdgdl2018@ac-rennes.fr

Soirée animée aux Champs libres

vendredi 30 novembre 2018Comité de rédaction

Hier soir 29 novembre, le comité de rédaction a assisté à une soirée littéraire animée par Philippe-Jean Catinchi. Parmi les invités, Paule Constant et Didier Decoin, membres de l’Académie Goncourt, ainsi que deux jurées nationaux Zoé et Isaure.

La soirée a débuté avec la lecture et mise en scène d’extraits des romans de la sélection présentées par les élèves du lycée Anita Conti de Bruz.

Joël Lesueur, président de Bruit de lire, est revenu sur la fabuleuse aventure du GDL depuis 30 ans.
Paule Constant nous a parlé de son roman Des chauves-souris, des singes et des hommes, adapté en roman graphique par Barroux, qui traite de la maladie Ebola.
" Barroux s’est littéralement approprié le texte. Je lui ai laissé carte blanche".
"Si le livre est bon, nous dit-elle, le personnage prend le pouvoir."
"J’ai toujours rêvé d’être adaptée au cinéma" nous confie-t-elle.
"Le livre, c’est le projet de l’écrivain mais la réalisation du lecteur".

Didier Decoin nous a ensuite parlé de son métier de scénariste et des adaptations de roman en téléfilm. Lorsqu’il a eu le prix Goncourt en 1977 pour John L’enfer, ses amis auteurs lui ont dit : "Un auteur de l’écrit ne doit pas céder à la télévision ou au cinéma !". Lui, fils de cinéaste, n’a pas suivi le conseil de ses pairs. Il a convaincu Michel Tournier, Hervé Bazin...d’écrire des scripts pour des téléfilms.
"A la télévision, j’étais le passeur".

Puis après cela, la parole a été donnée à Zoé et Isaure, les deux jurées nationales.

Zoé nous a confié les titres de ses deux coups de cœur, La vraie vie et Frère d’âme. Elle a aussi expliqué le déroulement des délibérations : "On défendait les livres de notre région...un juré nous a dit que Frère d’âme était un livre philosophique. On s’est dit que c’était exactement ça, une évidence".
Isaure, quant à elle, a parlé avec passion du roman Le Malheur du bas.
"C’est un livre absolument exceptionnel".
Elle raconte aussi l’impact qu’a eu le Goncourt des lycéens sur ses habitudes de lectrice. "Je ne lisais pas du tout. Avec le Goncourt des lycéens, j’ai réussi à lire les 15 romans. J’ai vraiment envie de lire beaucoup plus".

Laura, Lauriane et Melvin du comité de rédaction