Warning: file_get_contents(/proc/loadavg): failed to open stream: Permission denied in /home/www/clemibretagne/www/JDGL2017/config/ecran_securite.php on line 378
Un certain M.Piekielny de François-Henri... - Journal du Goncourt des lycéens
bandeau site
Journal du Goncourt des lycéens Envoyez-nous vos contributions ici :
jdgdl2017@ac-rennes.fr

Un certain M.Piekielny de François-Henri...

lundi 13 novembre 2017Comité de rédaction

Un certain M.Piekielny de François-Henri Désérable est présenté par Théoline du lycée Jules Ferry (Paris).

Après avoir lu dans La promesse de l’aube qu’un certain M.Piekielny avait connu et cru en l’avenir du célèbre auteur Romain Gary lorsqu’il était enfant, François-Henri Désérable part sur ses traces et cherche à comprendre qui est cet homme inconnu à la barbe roussie par le tabac.

Même si le livre est une enquête, un mystère reste irrésolu : pourquoi l’auteur a-t-il été autant intéressé par cet homme ? Peut-être est-ce parce que durant tout le livre, François-Henri Désérable mêle son histoire à celle de Romain Gary, et peut-être a-t-il pensé que M.Piekielny l’aurait aussi aidé à atteindre son but : devenir un grand écrivain ? La prétention de l’écrivain, se comparant à l’un des plus grands hommes de lettres n’est pas des plus plaisantes. Et si le roman est censé être consacré à Piekielny, on en lit en fait beaucoup plus sur Romain Gary. Ceux qui auront aimé l’idée d’approfondir le passé d’une personne banale et inconnue à la place d’un grand, déjà renommé, seront déçus. On se demande même si François-Henri Désérable n’a pas pris le vieil homme comme prétexte pour faire un livre sur Romain Gary de manière plus originale.

L’enquête est accrochante durant une courte durée grâce à quelques phrases humoristiques ici et là, sûrement ajoutées pour séduire le lecteur. Mais une fois cette petite partie passée, l’histoire tourne en rond, ennuie et peine à avancer. De plus, la fin veut nous faire comprendre que la lecture permet tout et nous emporte où elle le souhaite, mais ce qui en ressort le plus, c’est qu’elle nous fait réaliser avec amertume que le livre ne nous a menés nulle part, puisque M.Piekielny est un personnage inventé.

Théoline Lanckriet