Warning: file_get_contents(/proc/loadavg): failed to open stream: Permission denied in /home/www/clemibretagne/www/JDGL2018/config/ecran_securite.php on line 378
Un regard sur la contre-culture seventies dans l’Angleterre pré-thatchérienne - Journal du Goncourt des lycéens
bandeau site
Journal du Goncourt des lycéens Envoyez-nous vos contributions ici :
jdgdl2018@ac-rennes.fr

Un regard sur la contre-culture seventies dans l’Angleterre pré-thatchérienne

mercredi 21 novembre 2018Comité de rédaction

Gaspard et Miguel du lycée Rochambeau (Washington DC, USA) nous proposent une analyse du roman L’Hiver du mécontentement.


Le dessin est signé Gaspard.

La culture populaire actuelle exploite, de manière souvent superficielle, et avec des visées commerciales évidentes, la nostalgie des années 70 et 80, au détriment de l’authenticité de cette époque. Ce n’est pas le cas du roman de Thomas B. Reverdy qui apporte à cette époque une épaisseur et une réalité devenues rares.

L’auteur, Thomas B. Reverdy, a publié plusieurs romans acclamés par la critique. La Montée des Eaux a reçu le prix Valery-Larbaud en 2008, L’Envers du Monde, écrit en 2010, a reçu le prix François Mauriac l’année suivante. Les Évaporés a été retenu en 2014 pour le prix du Roman Fnac, pour le Prix Goncourt, et pour le Prix Décembre. Il a également reçu cette même année le Grand Prix Thyde Monnier de la Société des gens de lettres et le prix Joseph Kessel.

L’Hiver du mécontement explore le personnage de Candice, une jeune coursière de 20 ans habitant à Londres pendant l’hiver 1978-79, une période de troubles économiques et sociaux en Angleterre. La rebelle vit le début des “Times of Trouble” - les temps difficiles - les grèves des ouvriers, le manque d’approvisionnement, et l’arrivée au pouvoir de Margaret Thatcher. Elle vit la vie des jeunes Anglais dans les milieux de la Contre-culture, celle des insolents, des provocateurs, des ambitieux. Candice y prospère, elle squatte dans des bâtiments abandonnés, écoute du rock punk et vit la situation avec une certaine nonchalance. Mais ce qui la distingue des autres jeunes Londoniens, c’est qu’elle joue la pièce de Shakespeare, Richard III, dans une troupe théâtrale exclusivement féminine. Le parallèle entre la pièce et les événements politiques et sociaux de l’époque devient apparent dans les feuilles du carnet de Candice : la lutte sans scrupules pour arriver au pouvoir est devenue la réalité de l’époque.

L’Hiver du mécontentement est un roman superbe, non pas pour son histoire immersive et intéressante, ni pour son style d’écriture soyeux, mais pour la simplicité et l’assiduité avec lesquelles il explore le contexte historique. Les parallèles que Thomas B. Reverdy expose entre la situation politique des années 70 -80 et la pièce jouée par Candice, Richard III, sont plus que pertinents et très bien inclus dans la narration. Le fait que l’histoire de Candice se passe dans un contexte spatio-temporel historique, et se centre sur des événements avec des conséquences incontestables pour les personnages du livre réussit à immerger le public dans l’Histoire, et l’intrigue du roman. Le passage de la page 64 (Guns of Brixton) illustre à la perfection cette utilisation du contexte historique dans l’intrigue : “Et le 3 Janvier 1979, tout s’est arrêté. Grève des transporteurs. Greve totale. Grève générale. Convergence des luttes des secteurs privé et public. [...] La température vient de tomber sous zéro. [...] On voit des leaders syndicaux entrer dans les ministères et ressortir, sourire aux lèvres. Ils s’arrêtent en haut des marches et font des déclarations enflammées, les bras écartés vers la foule des journalistes, [...]”. Les phrases sont courtes, ce qui ajoute au tempo et à l’impression d’urgence, l’auteur donne des informations qui peuvent être considérées comme superflues (la température, l’heure exacte, etc. ) pour renforcer l’illusion réaliste. Les actions sont exprimées simplement, il y a des descriptions exactes, des références, des spécificités, qui rendent la tension palpable et les enjeux réels pour le lecteur.

Nous recommandons ce livre pour des lecteurs de tout âge intéressés ou non par l’Histoire. Ce livre est agréable à lire et présente des thèmes qui font réfléchir, d’autant plus qu’il explore des sujets aussi pertinents à cette époque que de nos jours : la précarité, les luttes politiques et idéologiques, et les citoyens “lambda” qui essayent de vivre avec la société qui change drastiquement. Il est merveilleusement écrit. Il peut passionner, surtout les lecteurs avides de sensations fortes et de contexte historique.