Warning: file_get_contents(/proc/loadavg): failed to open stream: Permission denied in /home/www/clemibretagne/www/JDGL2018/config/ecran_securite.php on line 378
L’Hiver du mécontentement vu par un élève du lycée Bergson à Paris - Journal du Goncourt des lycéens
bandeau site
Journal du Goncourt des lycéens Envoyez-nous vos contributions ici :
jdgdl2018@ac-rennes.fr

L’Hiver du mécontentement vu par un élève du lycée Bergson à Paris

mercredi 21 novembre 2018Comité de rédaction

Thomas B. Reverdy nous plonge dans le Londres des années 1978-79 dans « the winter of discontent », terme qui sera repris par les médias pour désigner les grèves qui paralysèrent le pays. C’est aussi les premières phrases de la pièce Richard III de Shakespeare, et le titre du roman de Reverdy.

Le lecteur suit le personnage de Candice, coursière, la seule qui semble encore travailler dans un pays en grève générale. Elle vit dans la banlieue de Londres, utilise son vélo tous les jours pour aller au travail et livrer ses clients. Elle suit aussi des cours de théâtre, qui l’aident à s’affirmer et à s’aimer. Candice manque cruellement de confiance en elle ; d’ailleurs elle vit seule (au grand désespoir de sa sœur). Sa vie est rythmée par une routine « vélo-boulot-théâtre-dodo », et par l’univers musical de Londres des "80’s". Candice fera même la rencontre de Margaret Tatcher, qui deviendra femme de pouvoir quelques années plus tard.

À chaque chapitre sa chanson ! Et à la fin du livre on retrouve une « bande originale du roman ». C’est un des points forts de ce roman qui raconte donc le quotidien d’une jeune londonienne. On retrouve parmi les groupes de rock ; Sex Pistols, Adam and the Ants, Clash… Mais aussi les plus connus des « boys-bands », ce qui implique le lecteur dans le quotidien du personnage principal. 
Ce roman plonge littéralement le lecteur dans un autre cadre de vie, de page en page, l’époque décrite ne fait que le passionner de plus en plus. Les chapitres sont courts car ils se lisent au rythme de la chanson au début. Le langage utilisé est spontané, ce qui rend le roman authentique.

Elvire, TL lycée Bergson Paris