Warning: file_get_contents(/proc/loadavg): failed to open stream: Permission denied in /home/www/clemibretagne/www/JDGL2018/config/ecran_securite.php on line 378
La guerre à la folie ! - Journal du Goncourt des lycéens
bandeau site
Journal du Goncourt des lycéens Envoyez-nous vos contributions ici :
jdgdl2018@ac-rennes.fr

La guerre à la folie !

samedi 17 novembre 2018Comité de rédaction

Warren nous a offert une très belle critique du livre lauréat du prix Goncourt des lycéens. Si l’article a été rédigé avant la proclamation du prix, il devient plus d’actualité que jamais !

DIOP est né à Paris en 1966. Il a grandi au Sénégal. Il est actuellement maître de conférences à Pau. Frère d’âme est son deuxième roman.
David Diop a été bouleversé par sa lecture de lettres de poilus, n’arrivant pas à se procurer celle de tirailleurs sénégalais. Il va donc en imaginer pour rendre hommage aux 30 000 morts de ses compatriotes.
Frère d’âme est paru aux éditions du Seuil en août 2018. Le roman fait partie des œuvres remarquées de la dernière rentrée littéraire.

Deux amis sénégalais se retrouvent sur un champ de bataille durant la 1ère guerre mondiale. L’un meurt, l’autre sombre dans la folie tout en voulant venger son cher disparu.
Le roman est écrit avec des phrases simples et un vocabulaire très accessible. Le lecteur n’est jamais perdu. Tout au long du récit, il s’identifie aux héros ; et nous, nous ressentons cela grâce au point de vue interne. Ce roman très émouvant accorde une place importante aux registres pathétique et tragique.
Par ailleurs, un suspense constant maintient l’attention du lecteur. Enfin c’est un détail, mais il a son importance ; une typographie agréable assure un vrai confort de lecture.

Ce roman est un bouleversant hommage aux tirailleurs sénégalais trop souvent oubliés. L’œuvre participe d’autre part au devoir de mémoire concernant la Première Guerre Mondiale.
Enfin, les descriptions sont saisissantes, comme la scène de l’éventration du corps de Mademba.
Une réserve peut toutefois être émise par rapport à l’éloge de la vengeance qui est sous-entendue. Enfin la scène de nécrophilie, à la fin de l’œuvre peut choquer les âmes sensibles.

Un livre contre l’oubli et la barbarie de la guerre.

Warren, élève de première ES1 du lycée Colbert de Thionville