Warning: file_get_contents(/proc/loadavg): failed to open stream: Permission denied in /home/www/clemibretagne/www/JDGL2017/config/ecran_securite.php on line 378
Le jour où l’Histoire vint à eux... - Journal du Goncourt des lycéens
bandeau site
Journal du Goncourt des lycéens Envoyez-nous vos contributions ici :
jdgdl2017@ac-rennes.fr

Le jour où l’Histoire vint à eux...

lundi 23 octobre 2017Comité de rédaction

Voici le deuxième chapitre du "Roman" des 1ES2 du Lycée Julie-Victoire Daubié d’Argenteuil.

Chapitre Deux

Le jour où l’histoire vint à eux...

Le 18 octobre 2017, les élèves de 1ES2 du lycée Julie-Victoire Daubié d’Argenteuil reçurent la visite de Sylvie Thénault, une historienne travaillant au CNRS, spécialiste de la guerre d’Algérie. La rencontre avait pour but d’évoquer précisément cet événement présent dans plusieurs livres de la sélection comme Nos Richesses de Kaouther Adimi, Un loup pour l’homme de Brigitte Giraud et surtout L’Art de perdre d’Alice Zéniter...

Sylvie retraça ainsi à la classe les grandes lignes du conflit franco-algérien, depuis la nuit du 31 octobre 1954 où eurent lieu de nombreux attentats perpétrés par le FLN (Front de libération nationale), ce parti algérien utilisant la violence pour conquérir l’indépendance de l’Algérie, jusqu’au 5 juillet 1962, jour où fut proclamée l’indépendance de l’Algérie à la suite du référendum organisé par le Général de Gaulle ; une date symbolique qui effaça alors le 5 juillet 1830, début de la colonisation de l’Algérie par la France.
Elle expliqua aussi aux élèves qui étaient les harkis et d’où venait ce mot ; ce qui permit aux élèves de mieux comprendre l’histoire d’Ali. Elle leur parla également, côté français, des « appelés », ces jeunes devant effectuer leur service militaire en Algérie car l’armée manquait d’hommes : ce qui est le cas d’Antoine dans Un loup pour l’homme. Elle expliqua la guerre de maquis et le terrorisme (Ali assiste d’ailleurs dans L’Art de perdre à un attentat qui a réellement eu lieu pendant la guerre) et insista sur le fait que les Français avaient perdu cette guerre : les élèves se demandèrent alors si c’était pour cette raison qu’ils l’étudiaient si peu dans les programmes d’histoire au collège et au lycée.
Après avoir eu toutes ces explications, les élèves posèrent des questions et la classe recueillit quelques témoignages, comme celui de M. Slaouti, le professeur de sciences physiques de la classe dont les parents avaient quitté l’Algérie pour venir vivre en France et qui ne parlaient presque pas de la guerre. Ce dernier raconta en outre que le livre d’Alice Zéniter avait contribué à libérer un peu la parole dans sa famille.

Les élèves de 1ES2, contents de cette après-midi enrichissante, rentrèrent chez eux avec des connaissances nouvelles et impatients de reprendre leurs lectures...

Chapitre Trois à suivre...

Illustration : Sylvie Thénault lors d’une conférence donnée à la Sorbonne en mai 2013.