Warning: file_get_contents(/proc/loadavg): failed to open stream: Permission denied in /home/www/clemibretagne/www/JDGL2017/config/ecran_securite.php on line 378
L’enfance des autres est un royaume lointain, on n’y a pas accès, ça se (...) - Journal du Goncourt des lycéens
bandeau site
Journal du Goncourt des lycéens Envoyez-nous vos contributions ici :
jdgdl2017@ac-rennes.fr

L’enfance des autres est un royaume lointain, on n’y a pas accès, ça se dérobe, ça s’échappe.

jeudi 19 octobre 2017Comité de rédaction

NOS VIES de Marie-Hélène Lafon vu par le lycée français de Berlin !

Nos vies de Marie-Hélène Lafon

Je dois avouer que j’avais certains a priori vis à vis de ce livre. Mais, malgré quelques critiques, par exemple qu’il n’a pas d’intrigue et il ne présente pas de grand intérêt, j’ai été très surprise. Je comprends qu’un livre qui ne contient pas une véritable histoire peut paraître inintéressant, mais en commençant à lire, j’ai éprouvé tout le contraire.
L’auteur voulait, comme elle l’a dit lors des rencontres régionales à Paris, « montrer que chaque vie est ordinaire, mais qu’en même temps chaque vie ´fait récit´ ». Entrer dans la vie d’autres personnages est ce qu’elle appelle « la pulsion de fiction ».
Dans Nos vies, une femme, qui est à la retraite, décrit son entourage, s’imagine la vie de ces gens qu’elle rencontre chaque jour, mais qu’elle ne connaît qu’à peine. En faisant ceci, la vieille femme se souvient des éléments de son passé et le rend digne d’un récit. Ce personnage qui semblerait peut-être habituel et complètement ordinaire, est au contraire très original et particulier. « Il y a comme ça des périodes où les plaques tectoniques de nos vies se mettent en mouvement, où les coutures des jours craquent, où l’ordinaire sort de ses gonds. », nous apprend-elle.
Ce livre a changé la façon dont je voyais les choses, ma perception de mon entourage. Nos vies prouve que l’imagination ne connaît pas de limites, que nos pensées sont parfois incontrôlables. Dans notre quotidien, nous ne réalisons pas tout ce qui se passe autour de nous, nous vivons chaque jour mais n’apercevons plus les petits détails ; nous périssons dans notre quotidien, dans cette boucle sans fin. Le récit de Nos vies nous réapprend à découvrir ce que nous avons perdu en grandissant, la joie d’observer et de s’imaginer.

« L’enfance des autres est un royaume lointain, on n’y a pas accès, ça se dérobe, ça s’échappe. »
Alia.