Warning: file_get_contents(/proc/loadavg): failed to open stream: Permission denied in /home/www/clemibretagne/www/JDGL2017/config/ecran_securite.php on line 378
Critique du roman SUMMER par le Lycée Jacques Monod - Journal du Goncourt des lycéens
bandeau site
Journal du Goncourt des lycéens Envoyez-nous vos contributions ici :
jdgdl2017@ac-rennes.fr

Critique du roman SUMMER par le Lycée Jacques Monod

lundi 16 octobre 2017Comité de rédaction

Critique d’Alicia F. :

Le roman Summer est un roman très riche, ayant suscité beaucoup d’intérêt de ma part, particulièrement grâce aux détails qui le composent.
Bien qu’il y ait un fort manque de rebondissements dans la globalité du récit, le style de l’écriture et la poésie dégagée par le texte reflètent une plume très aiguisée. La beauté des phrases parvient à envoûter le lecteur d’une manière très subtile, de sorte que celui-ci, une fois lancé dans sa lecture, ne songe même pas à y mettre un terme. La singularité des mots employés pour conter des évènements banals donne à l’œuvre un aspect très personnel sur le sujet abordé, s’agissant de la mystérieuse disparition de Summer lorsqu’elle avait dix-neuf ans.
Cet aspect très personnel est accentué par l’emploi du pronom personnel "je". En effet, raconter des faits à la première personne du singulier aide toujours le lecteur à s’immerger plus facilement dans l’histoire, ce que Monica Sabolo est très bien parvenue à réaliser. Je dirais même que les éléments poétiques ajoutés à ce procédé d’écriture, contribuent beaucoup à la création d’une certaine proximité entre le lecteur et le protagoniste, Benjamin. C’est cette proximité qui nous invite à éprouver de la compassion pour le personnage, offrant ainsi un aspect encore plus réaliste à l’histoire en nous donnant l’impression d’être aux côtés de cette personne fictive.
De plus, je tiens à souligner l’agréable sensation d’égarement au fil des lignes. Ce jugement ne peut être que purement personnel car il est évident qu’il dépend du lecteur de laisser son esprit perdre le contrôle, ou bien de rejeter cette idée, et donc de vivre cet égarement comme interminable et inutile à la suite de l’histoire. Pour ma part, je l’ai beaucoup apprécié car j’aime cette impression de "laisser-aller" lorsque je lis un roman. J’ajouterais même que cet aspect donne du sens à l’affaire car il nous laisse imaginer la confusion du personnage face aux souvenirs de son passé ; confusion amplifiée par sa consommation de substances illicites (information mentionnée dans son récit). D’ailleurs, je tiens tout de même à préciser la faculté qu’a l’auteur de relier le passé et le présent du personnage principal, sans pour autant perdre le fil de l’histoire.
Pour conclure, j’ai apprécié la lecture de ce livre pour sa légèreté, sa richesse d’esprit et son histoire contée avec brio. Le fait que cette œuvre puisse ne pas plaire à tous les lecteurs est d’une évidence frappante, compte tenu du style d’écriture très particulier que l’auteur a choisi d’utiliser. Néanmoins, je la recommande à tous ceux qui sont sensibles à la poésie que peuvent dégager les sentiments.