Warning: file_get_contents(/proc/loadavg): failed to open stream: Permission denied in /home/www/clemibretagne/www/JDGL2019/config/ecran_securite.php on line 378
Entretien avec Didier Decoin de l’Académie Goncourt - Journal du Goncourt des lycéens 2019
bandeau site
Journal du Goncourt des lycéens 2019 Envoyez-nous vos contributions ici :
jdgdl2019@ac-rennes.fr
embed
<iframe height="200" width="500" frameborder=0 scrolling=no src="http://journal-goncourt-des-lyceens.fr/spip.php?page=snip&id_article=105"></iframe>

Entretien avec Didier Decoin de l’Académie Goncourt

vendredi 29 novembre 2019comiteredaction2019

Après une longue et passionnante conversation avec Didier Decoin, je vais vous en faire un compte rendu. Bonne lecture !

Didier Decoin dit ne pas se rendre compte de la notoriété qu’il a ; pour lui, il n’impressionne que son chat ! Pourtant je vous avouerais être impressionnée et honorée de parler avec lui.

un nouveau projet

Il a pour projet de se lancer dans l’univers de la bande dessinée (en tant que scénariste), notez-le ! C’est l’un de ses nouveaux défis, donc pour tous les lecteurs qui veulent des histoires associées à l’image, surveillez bien les nouvelles sorties. D’autres académiciens ont déjà tenté l’aventure ; après l’adaptation Des chauves-souris, des singes et des hommes de Paule Constant, voici que le secrétaire général de l’Académie Goncourt s’y met avec une passion effervescente.

une passion

Notons que pendant l’entretien, Didier Decoin a confessé avoir un intérêt particulier pour la culture japonaise, plus précisément, la littérature japonaise. Son auteur préféré est Yasunari Kawabata avec le roman Les belles endormies. Toutefois il ne sait pas lire le japonais, du moins pas encore.

confessions sur son premier roman et son métier d’écrivain

Par la suite, j’ai appris que son premier roman était une histoire d’amour, triste, finie, et que son pansement a été l’écriture, que cette lettre était devenue un livre qu’il trainait partout comme porte-bonheur. Puis c’est l’histoire folle d’un gars un peu trop curieux et qui a pris ce manuscrit pour le proposer à l’édition (maintenant nous savons que c’est devenu Le procès de l’amour).
A ses yeux, le métier qui lui va le mieux c’est écrivain, malgré le fait qu’il a aimé tout ce qu’il a fait. Car pour lui dans l’écriture, il n’y a que lui qui décide, c’est son imagination et il ne rencontre aucun problème lié au budget ou à une quelconque interdiction. Avec l’écriture, il a l’impression de garder son bébé authentique.

Sachez aussi que le thé qu’il buvait pendant cet entretien, du thé russe, était très bon pour lui. Entre deux gorgées il m’a avoué qu’être secrétaire général de l’Académie Goncourt est pour lui un rêve de tous les jours.

Un entretien particulièrement riche qu’il m’est impossible de retranscrire dans sa totalité ; toutes mes excuses à Monsieur Didier Decoin.

Ce fut un immense plaisir de m’entretenir avec cette légende.

En espérant reprendre la plume rapidement, pour le comité de rédaction, Alexis.

Portfolio