Warning: file_get_contents(/proc/loadavg): failed to open stream: Permission denied in /home/www/clemibretagne/www/JDGL2017/config/ecran_securite.php on line 378
Le lycée Cours-Bastide nous présente NOS RICHESSES - Journal du Goncourt des lycéens
bandeau site
Journal du Goncourt des lycéens Envoyez-nous vos contributions ici :
jdgdl2017@ac-rennes.fr

Le lycée Cours-Bastide nous présente NOS RICHESSES

lundi 9 octobre 2017Comité de rédaction

C’est une présentation intéressante du roman Nos richesses que nous fait le lycée Cours-Bastide de Marseille.
Allez ! Venez voir ce qu’ils en pensent !

Nos richesses

Nos Richesses s’illustre par un excellent premier chapitre. L’auteure, l’algérienne Kaouther Adimi, nous plonge dans les dédales de sa ville natale, Alger où les odeurs, les sons se mêlent aux images de ces enfants qui jouent, de ces hommes qui fument… Après ce court passage d’introduction d’une rare qualité stylistique, Adimi tente de présenter l’évolution de la société algérienne de 1935 à 2017 à travers une librairie. Pourtant deux problèmes majeurs empêchent l’œuvre de sortir du lot. Si l’ouverture de la librairie correspond historiquement aux débuts d’Albert Camus, l’intérêt d’intégrer le célèbre écrivain à l’histoire est inexistant, alors qu’il semble très cher aux yeux de l’auteure. La relation entre le libraire Charlot et Camus aurait pu être le point central du roman mais c’est ici la mémoire littéraire entretenue par le vieil Abdallah qui semble être la cause défendue par l’auteure. Le roman suit l’histoire de la librairie à travers le journal de Charlot, trop condensé, trop rapide, à travers une chronologie livrée par un narrateur externe puis celle de Ryad, étudiant payé pour ranger la librairie cinquante ans après l’indépendance algérienne. Cette complexité de narration et la diversité des histoires internes empêchent le lecteur de pouvoir clairement s’attacher aux personnages et d’accorder la moindre qualité rythmique au roman.